Le Blog de La Team Web

Email Marketing : 10 erreurs à éviter ! (Partie 2)

[fa icon="calendar"] 7 sept. 2015 09:00:41 / par Alexis Ferchichi

Alexis Ferchichi

 

Email Marketing - 10 erreurs à éviter ! (Partie 2).png

Vous l'avez voulue, vous l'avez attendue, voici la suite de notre article Email Marketing : 10 erreurs à éviter ! Et les points 6 à 10, comme promis.

 

6 : Envoyer une newsletter tous les 2 mois… ou 5 fois par semaine

Envoyer de vos nouvelles une fois tous les 2 mois ? Ce serait sous-estimer l’envie de vos abonnés de vous lire.

En envoyer une tous les 2 jours ? Ce serait jouer avec leur envie de vous déclarer comme spammeur.

Bien évidemment, chaque marque, chaque secteur doit trouver la fréquence adéquate pour informer ses abonnés.

Ce problème concernant la fréquence d’envoi peut être résolu de plusieurs manières :

  • A chaque envoi, surveillez bien vos  taux d’ouverture et comparez-les d'une newsletter à l'autre pour voir si vos abonnés ne se lassent pas.
  • Proposez à vos abonnés de choisir combien de fois ils aimeraient recevoir de vos nouvelles par semaine ou par mois lors de l'inscription. Ou plus tard, avec un email de modification des préférences. Ils sauront qu’ils peuvent maîtriser ce qu’ils reçoivent.
  • Proposez des enquêtes périodiques pour en découvrir plus sur vos abonnés, s’ils sont satisfaits de votre newsletter, de son contenu, de sa fréquence, etc… Vous ne pourrez qu’améliorer vos prochains envois !
  • Informez-vous sur les nombreuses études concernant les envois de newsletter. L’envoi toutes les 2 semaines est généralement la réponse qui ressort le plus souvent, mais à vous de personnaliser cette information pour créer la fréquence d’envoi parfaite !

 

7 : Utiliser une adresse d’envoi « noreply »

Recevoir un email ayant pour expéditeur « noreply@xxx.com » est souvent interprété par : « On ne veut pas vous parler ». Dans l'esprit de vos abonnés, vous demandez à quelqu’un de vous lire, de vous écouter, mais vous n’êtes pas ouvert à en faire de même de votre côté. On frise l’arrogance, non ?

 

noreply =( Non, non, ne me parlez pas !

 

De plus, les personnes qui veulent se désinscrire de vos listes ont tendance à répondre à la newsletter qu'elles viennent de recevoir. Mais si elles voient que vous répondre est impossible, elles n'hésiteront pas à vous signaler en spam.

Envoyer votre newsletter ou votre emailing avec une adresse où il est possible de vous répondre est loin d’être une mauvaise idée. Que risquez-vous ? Simplement une hausse du taux d’engagement.

Que vous lanciez un nouveau service, un nouveau jeu concours ou encore une promotion spéciale, indiquer une adresse « contact@xxx.com » est beaucoup plus convivial. Vous pouvez même inciter vos destinataires à prendre contact en répondant directement à l’email reçu pour commencer une relation client basée sur la confiance !

 

8 : Ne pas inciter à l'inscription

Imaginez que vous arrivez sur un site ou un blog avec un contenu que vous appréciez vraiment, sans pour autant vous mettre dans un état d'ébahissement total. Vous apercevez dans la barre latérale un formulaire d’inscription basique « Inscrivez-vous à notre newsletter ! ». Ceci vous donne-t-il envie de renseigner votre adresse email ? C’est rarement le cas.

 

Comment ça se passe ?
Comment ça se passe ?

 

Pour rajouter des personnes dans vos listes de contacts, il faut savoir vendre votre newsletter : donnez aux visiteurs une véritable bonne raison de s’inscrire ! Dites-leur qu’ils recevront du contenu à télécharger génial, des offres incroyables, des informations exclusives, des offres spéciales...

Votre newsletter a un énorme potentiel marketing, autant la valoriser avant même l'inscription : proposez une offre aux personnes qui s'inscrivent et n'hésitez pas à montrer combien d’abonnés sont déjà parmi les privilégiés (ne négligez pas le pouvoir des chiffres, quand votre base sera assez importante, ils montreront aux visiteurs de votre site/blog que votre newsletter vaut largement le coup de s’inscrire).

 

Garanti sans spam ? Je prends. Garanti sans spam ? Je prends.

 

 

Une offre, ça donne forcément envie.
Une offre, ça donne forcément envie.

 

Concernant le formulaire, si vous voulez segmenter vos abonnés, vous allez sûrement leur demander d’autres informations que leur adresse email. Mais rien n’est moins excitant qu’un formulaire trop long, peu esthétique et où 80% des champs sont obligatoires.

 

Pourquoi indiquer les champs obligatoires... si on n'a pas vraiment le choix ? Pourquoi indiquer les champs obligatoires par une astérisque... s'ils le sont tous ?

 

Dans tous les cas, n’oubliez pas les opt-ins !

 

Double opt-in, du beau boulot ! Double opt-in, du beau boulot !

 

 

9 : Ne pas optimiser ses CTA

Le contenu de votre newsletter est rédigé, vos offres expliquées, votre design défini et votre base d’envoi segmentée. Tout est prêt ?

Attendez, vérifiez vos CTA (Call To Action = bouton d’incitation à l’action que doit réaliser votre cible). Sont-ils visibles ?

 

Où sont les Call to Action ? Où sont les Call To Action ?

 

Le Call To Action est là pour encourager votre destinataire à réaliser une action après avoir lu votre offre, que ce soit un achat, une inscription à un évènement, le téléchargement d’un document, le visionnage d’une vidéo, etc… Il est donc important de réduire le nombre d’étapes entre le clic et l’action elle-même. Ne redirigez pas le cliqueur vers votre page d’accueil dans l’espoir qu’il se débrouille tout seul pour réaliser l’action voulue dans la newsletter : il ne prendra pas le temps de chercher et aura le sentiment que vous vous moquez un peu de lui...

Chaque bouton doit absolument avoir sa page d’atterrissage dédiée : la page de votre produit, la page d’inscription à l’évènement, votre article de blog ou n’importe quelle page où vos destinataires pourront avancer dans le processus de l’action qu’ils ont choisi d’effectuer.

Ne faites pas d’emails trop longs. Chaque topic de votre newsletter doit faire quelques lignes et être suivi d’un Call To Action avec un objectif facilement perceptible. Vos objectifs sont clairs pour vous, vous savez ce que votre cible doit faire en ouvrant votre message, alors faites-le comprendre le plus clairement possible

Les campagnes les plus réussies ont souvent été les newsletters avec un seul message et appel à l’action ;)

 

Simple, concis, rapide à faire, je sais où je clique et pour quelle raison. Simple, concis, rapide à faire, je sais où je clique et pour quelle raison (être beau gosse comme le monsieur à la rentrée).

 

 

10 : Manquer de personnalité

Comme nous l’avons évoqué plus haut, il n’est pas facile de faire grossir sa liste d’abonnés. Mais une fois que quelqu’un s’abonne à votre newsletter, il ne s’abonne pas à un message automatique sans âme, mais à vous, à votre point de vue, à la personnalité que vous donnez à votre marque et votre manière unique de faire.

 

Price Minister ou... Price Minister ou...

 

Donc hors de question de rédiger des messages sans prendre parti, sans affirmer vos convictions ! Vos clients, ou futurs clients, sont intéressés par votre marque, ou au moins par votre vision, qui vous démarque et vous rend meilleur que vos concurrents.

 

... Gustave et Rosalie et... ... Gustave et Rosalie et...

 

 

... Capitaine Train ? ... Capitaine Train ?

 

Voilà ! Maintenant, vous avez toutes les cartes en mains pour ne plus faire d'erreur et nous composer de très jolies newsletters ! On attend avec impatience de les recevoir ;)

||

Catégories : Les Outils du Digital, Formation au Digital, Marketing Automation

Alexis Ferchichi

Auteur

Écrit par Alexis Ferchichi

Chef (d'orchestre) de projets web. Votre stratégie digitale, je m'en occupe et je mets tout en place. J'aime bien la confiture de lait, mais j'aime encore plus défendre Snapchat. Chacun son truc.

Abonnez-vous à notre blog

Rechercher un article